L’amour, toujours l’amour !

L’amour, toujours l’amour !

Il y a quelque temps déjà, j’ai écrit un article de blogue au sujet de l’amour. Plus précisément, j’y parlais de mon mantra : amour, vérité et paix. Vous pouvez le lire ici : https://www.hugodube.ca/2020/04/10/amour-verite-et-paix-un-mantra-puissant/

En replongeant moi-même dedans, j’ai trouvé que j’avais été un peu « soft » dans cet article. Avec le recul, j’ai constaté que je n’étais pas allé jusqu’au fond de ma pensée.

Par un drôle de hasard, la semaine dernière, une amie m’a lancé le défi d’écrire à nouveau sur l’amour. J’ai accepté d’emblée. Mais quel type d’amour voulait-elle que j’aborde ? L’amour universel ou l’amour entre deux personnes ? « Les deux ! » m’a-t-elle répondu. Après réflexion, j’ai choisi d’y ajouter un troisième type, le plus important, le socle sur lequel reposent tous les autres : l’amour de soi.

Voici donc le résultat de ce défi, en trois temps ! (En espérant être à la hauteur, mon amie !) 😊

Amour de soi

Comment peut-on aimer les autres si on ne s’aime pas soi-même ? Pour s’aimer, il faut d’abord apprendre à se connaître. Pendant plusieurs années, je croyais me connaître comme le fond de ma poche et je pensais que je m’aimais. En vérité, je n’avais aucune idée de qui j’étais, autrement que dans le regard des autres. Mes actions du quotidien pointaient vers le seul objectif de recevoir l’approbation d’autrui et d’être aimé. Jamais, je ne m’arrêtais pour me dire : « Hugo, si tu faisais vraiment preuve d’honnêteté envers toi-même, que ferais-tu ? »  S’aimer, c’est avant tout savoir qui on est. C’est être bien avec soi-même. C’est se choisir et devenir sa priorité.

Je le répète souvent : pour connaître réellement une personne, il faut passer du temps avec elle. C’est la même chose pour soi-même. Il faut se retrouver seul avec son ombre. Ce n’est pas évident, rétorquerez-vous. La raison pour laquelle les gens s’évitent est très simple. Ils ont peur de ce qu’ils découvriront. Effectivement, il se peut que celui que vous déterriez soit le contraire absolu de ce que vous pensez être présentement et de ce que vos parents, vos amis et la société attendent de vous. Il est donc normal d’avoir la chienne de se retrouver en tête-à-tête avec son nombril.

D’après plusieurs experts, cela prend 21 jours avant de créer ou défaire une habitude chez l’être humain. Parvenir à être seul avec soi-même, à s’aimer et à apprécier ce nouveau mode de vie demandera du temps. Il vous faudra de la patience, mais la rencontre avec vous-même en vaudra la peine.

Amour entre deux personnes

J’ai écrit dans un article précédent : « Se choisir et être sa propre priorité n’est pas être égoïste ». Avant de faire partie d’un couple, nous sommes une personne entière. Dans un couple, il y a un « je », un « tu » et un « nous ». Il ne faut surtout pas négliger le « je » ni oublier de laisser de la place au « tu » afin que les deux s’épanouissent dans cette relation.

Vous pouvez lire cet article ici : https://www.hugodube.ca/2020/05/26/se-choisir-et-etre-sa-propre-priorite-nest-pas-etre-egoiste/

Pour moi, l’amour entre deux personnes se résume à ça : vivre et laisser vivre l’autre en se retrouvant ensemble au milieu.

Nous avons, dans notre enfance, donné notre accord sur la représentation d’un couple parfait. « L’amour idéal », comme on l’appelle. Ce modèle correspond souvent à l’image de nos parents, à ce que l’on apprend à l’école, dans la religion, dans les livres, les films ou les contes de fées. Vous voyez le topo : deux personnes, une maison, un chien, un compte de banque conjoint, des enfants, des amis et des loisirs. C’est l’image idyllique du « nous ».

La société ne parle jamais du « je » et du « tu ». D’ailleurs, il est perçu comme égoïste de posséder des choses au « je ». Selon plusieurs, un couple, c’est une histoire de compromis. C’est archi faux ! Faire plaisir à l’autre, une fois de temps en temps, c’est merveilleux. Accepter des compromis, tout le temps, c’est s’oublier. S’oublier, c’est s’éteindre tranquillement et s’effacer derrière une pâle copie de soi.

On doit rester intègre avec soi-même en tout temps. Pour y arriver, on doit trouver une personne qui respecte qui nous sommes vraiment. C’est la clé du succès. Il vaut mieux être seul que de partager son quotidien avec une personne qui ne nous correspond pas ou qui ne nous accepte pas tel quel.

N’oubliez pas que, dans la vie, il y a des gens qui vont arriver, d’autres vont partir, des proches vont mourir et naître, de nouveaux collègues apparaîtront, d’autres disparaîtront, à travers des victoires et des défaites. Vous, vous resterez toujours là, alors qu’eux quitteront le décor par le côté cour.

Soyez et soignez donc votre propre amour et vous rencontrerez alors le vrai « amour ». Trouvez votre chemin. La personne qui vous est destinée le croisera, sans que vous l’ayez vue venir ! C’est la magie de l’amour. N’est-ce pas merveilleux ? L’amour est merveilleux !

Amour universel

Sur ce point, je vais vous raconter une petite histoire. Juste avant que la pandémie de la COVID-19 nous surprenne, j’ai fait un voyage exceptionnel à Istanbul, en Turquie. Un périple de dix jours qui m’a permis de découvrir cette fabuleuse ville. Une des plus belles villes de la planète, selon moi.

Après quelques jours dans la métropole, j’ai été frappé par un sentiment bizarre. Je me sentais bien et heureux, mais quelque chose clochait. Je n’arrivais pas à mettre le doigt sur mon émotion. Peu importe où je me promenais, je ressentais une impression de déjà-vu. La nourriture était délicieuse, les articles dans les magasins me plaisaient, les gens étaient non seulement gentils mais aussi très beaux. Autrement dit, tout était parfait ! Tellement parfait que je me sentais comme au paradis. J’ai même pensé que je figurais dans un rêve. Pourquoi ? Comment l’expliquer ?

Je crois fortement qu’avant de tomber sur cette Terre, nous nous sommes tous choisis pour vivre cette grande aventure. Un genre de « famille d’âmes ». Avec cette philosophie, comment ne peut-on pas aimer tout le monde qui nous entoure ? Si on s’est choisis, on ne peut pas détester ni blesser nos semblables, on ne peut pas partir en guerre. Je crois même qu’au-delà du fait qu’on se choisit, on décide ensemble de tout ce qui nous arrive. Comme si un scénario avait été écrit avant que le film de nos vies soit tourné.

En adhérant à cette théorie, non seulement il est impossible de ne pas aimer les gens autour de soi, mais on ne peut pas être fâché ou déçu face aux épreuves que la vie nous impose. Toutes les expériences servent à nous apprendre quelque chose et à nous aider à devenir une meilleure personne. Une meilleure version de soi-même.

Quand une infortune vous arrive, prenez toujours un peu de recul et posez-vous la question : qu’est-ce que la vie veut me faire comprendre ? Après quelques minutes de réflexion, vous verrez plus clair, vous serez capable de relativiser la situation et de grandir.

Pourquoi devons-nous aimer tout le monde ?

C’est que nous l’avons choisi !

 

Allez, je vous aime tous!

 

Hugo Dubé

hugodube.ca

One Review

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *