Où est Dieu ?

(Vidéo résumé – Blogue OÙ est DIEU?) 

Tout d’abord…

Mais où est-il, ce Dieu ? Depuis plus d’un an, j’ai repassé cette question maintes et maintes fois dans ma tête. J’ai lu de nombreux livres, analysé des théories, interrogé des proches et beaucoup fait travailler mon imagination. Et croyez-le ou non : par mes ressentis et canalisations, je peux maintenant dire que j’ai trouvé la réponse. Êtes-vous curieux de la découvrir? Après tout, ça ne fait que des milliers d’années que des millions d’humains se posent la même question… (Pour les habitués de mon blogue, je vous avertis : on s’en va ailleurs. Suivez-moi si ça vous intrigue!)

 

Il est partout!

Pendant un an, autant dans mes voyages qu’autour de moi, j’ai posé cette grande question à qui voulait bien l’entendre : « Selon toi, où est Dieu? » Que ce soit à un commis d’hôtel, à un serveur au restaurant, à un guide touristique, à des parents, des amis ou tout simplement à des passants dans la rue, je posais cette même question. Investi d’une mission, je ne lâchais pas le morceau.

Au cours de mon enquête pseudo scientifique, pour laquelle j’ai parlé autant à des sujets catholiques, juifs et musulmans qu’à des athées, j’ai obtenu une seule et unique réponse: Dieu est partout !

Une telle unanimité m’a surpris et réjoui. J’ai tout de même trouvé ironique que, malgré cette bonne entente sur un point aussi crucial, des humains de différents pays et de différentes religions continuent de se disputer pour une foule d’autres raisons. C’est fou, non?

Maintenant, si Dieu se trouve vraiment partout, il est à la fois :

  • le commis du dépanneur
  • le voisin
  • un papillon
  • un oiseau
  • un arbre
  • une note de musique
  • un nuage… voire même le ciel complet
  • votre chien… qui sait !

Mais surtout : il est en nous.

 

Si Dieu EST EN NOUS, cela veut-il dire que Nous sommes DIEU?

(Si vous êtes tombé de votre chaise et que vos cheveux se sont dressés sur votre tête, je vous invite à arrêter ici votre lecture. Je ne crois pas que le reste du contenu vous plaira.)

Je vais vous raconter une histoire.

Une fois, c’est un gars parfait dans l’absolu1, qui avait tout pour lui, mais qui trouvait le temps affreusement long. On peut comprendre : quand tout est parfait, la vie peut rapidement devenir plate !

Un beau jour, en quête de défis et de nouvelles expériences, il se demanda : « Que pourrais-je bien faire pour passer le temps et, surtout, pour apprendre à me connaître ? »

Son idée ne fut pas d’aller jouer au sudoku. Sa réponse fut : « Je vais créer la Terre. Un monde relatif2 ! Un monde imparfait, qui sera enfin divertissant ! »

Vous me voyez venir ?

Jusqu’à maintenant, je ne vous apprends rien : c’est sensiblement ce qu’on vous a enseigné, la majorité des religions, depuis votre enfance.

Par contre, là où mon histoire diffère un peu de vos cours de catéchèse, c’est que « l’homme », c’était lui ! Pour apprendre à se connaître et à passer le temps, Dieu a choisi d’incarner un corps mortel. Il a donc créé l’homme à son image.

Vous avez sans doute entendu dire que les premiers humains à vivre sur cette Terre se prénommaient Adam et Ève. Si Dieu est un homme, pourquoi il y a-t-il deux humains dans le récit de la Genèse, alors ?

Tout a été créé en dualité. Hum, je n’aime pas le sens péjoratif de ce mot… Tout a été créé en polarité.

  • L’amour/la haine
  • La lumière/la noirceur
  • Le bonheur/la tristesse
  • La justice/l’injustice
  • La femme/l’homme

Prenez un morceau de pain et coupez-le en deux. Répétez cet exercice des milliers de fois. Imaginez-vous, avec de minuscules mains ou des couteaux ultra petits et précis, pouvoir scinder ce morceau à l’infini. Dieu s’est ainsi divisé en deux. Ou plutôt multiplié en deux. Un homme et une femme.

Oubliez le péché originel et le fruit défendu… Ces images servaient simplement à expliquer que, dans un monde relatif constitué de polarité, Dieu savait qu’il serait imparfait.

 

Pour savoir réellement qui nous sommes, il est important de savoir qui nous ne sommes pas.

Pour ce faire, il faut vivre des expériences. Bonnes et mauvaises. Tel est le sens de la vie.

Permettez-moi une autre petite parenthèse !

( Croyez-vous aux archanges et aux anges ? Dieu les a créés pour l’aider dans sa quête de connaissance de lui-même. Il savait qu’il serait imparfait et qu’il traverserait des épreuves.

Vous connaissez sûrement aussi l’histoire de Lucifer, cet ange déchu qui a péché par orgueil. Il n’était pas le seul d’ailleurs. Est-ce vrai ? Peut-être qu’en réalité, Lucifer, Samyaza et leur bande ont vu dans quel merdier Dieu s’était mis et voulaient uniquement l’aider à s’en sortir. Qui sait ?

Aujourd’hui, avec les situations chaotiques que nous vivons, Dieu aurait bien besoin de ces êtres angéliques. OUPS! je viens de me faire chicaner par eux, ils sont déjà avec nous! 😉

La polarité du monde existe pour nous aider à savoir qui nous sommes. Dans notre monde relatif, la justice de l’homme punit les actions considérées comme mauvaises, mais l’enfer, nous nous l’apporterons lorsque nous jugerons nos actions une fois que nous serons rendus dans l’au-delà.

Les plus religieux de mes lecteurs interviendront ici : « Oui, mais Jésus a lutté contre Satan pendant 40 jours dans le désert ! » Satan signifie « adversaire ». Le seul adversaire que nous avons réellement est nous-même ! Vous pouvez l’appeler comme vous voulez, mais il s’agit de notre égo. Peut-être que Jésus voulait uniquement s’assurer que son égo n’allait pas le mener par le bout du nez pendant la réalisation de sa quête.

 

Revenons à nos moutons. Ou plutôt, à nos brebis !

Chaque fois qu’un enfant naît, c’est Dieu qui se multiplie.

Dieu était parfait dans l’absolu, mais il savait qu’il serait imparfait dans un monde relatif. Il savait aussi une autre chose. Après une multitude de vies et grâce à nous tous, il redeviendra parfait.

Si nous sommes Dieu ou que Dieu est en NOUS et partout, nous devons arrêter de critiquer, juger et nous faire du mal.

Plusieurs trouveront sans doute mon histoire un peu farfelue ou même blasphématoire. Je l’assume.

Que mon histoire relève de la réalité ou de la fiction, on s’en fiche. Là n’est pas la question. Assumons-nous, soyons Dieu et changeons notre réalité ! Créons notre monde à notre goût, dans la justice, l’équité, la paix, le bonheur et l’amour.

 

Hugo Dubé

Coach – Service de guide

Hugodube.ca

1 | L’absolu c’est ce qui existe par soi-même, sans dépendance. Ce qui est absolu n’a besoin d’aucune condition et d’aucune relation pour être. L’absolu ne dépend d’aucune autre chose.

2 | Ce qui est relatif est ce qui a besoin d’autre chose pour exister ; par exemple, cause et effet sont relatifs l’un à l’autre. Par suite, ce qui est relatif est susceptible de comparaison avec autre chose que soi : ainsi une chose est dite plus grande qu’une autre, plus belle qu’une autre, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *